Page d'accueil > Vos Oeuvres > Il le faut (mélange des sens)
Mascotte de Bac Facile
Je reste à votre disposition durant votre visite.
N'hésitez pas à me solliciter en cas de besoin.
Vous pouvez également contribuer en nous envoyant vos documents.
Demander de l'aide - Contribuer - Expression libre
Bac Facile vous souhaite de très bonnes vacances !
Illustration
Il le faut (mélange des sens)


Il le faut.

Continuer à noircir les pages grisâtres des nuits pour garder de ma constance, griffonner des mots à chaque recoin de ténèbres, l'esprit embrumé par les non-sens, monnaie courante de ce contemporain monde. Même si l'envie, la folie littéraire ne me fait plus courir d'un bout à l'autre du chemin, me fait seulement remonter l'horloge de mes souvenirs à l'heure du présent, même si le subconscient a englouti la lucidité, me laissant vide. Il le faut.


Pleurer égoïstement sur mon inutilité, sur ma médiocrité. Et regonflée spongieuse de ce pathétisme chercher à exister, à prouver ce talent inexistant à la masse immonde et glauque, errante dans les rues embourbées de l'immense boue humaine. Jouer avec les mots, les retourner, les faire tomber, jouer, pince-sans-rire ; de leurs syllabes étrangler mes rires, de leurs sonorités m'asphyxier. J'en reviens même à les détester, paradoxe du désir d'être grande dans mon art, et de considérer le langage, l'écriture comme la pire des abominations. A quoi bon laisser dégueuler les phrases de ta bouche ensanglantée, méprisée ; car sur ton cerveau s'est refermé le couvercle de la censure, de la bienséance et du savoir-vivre. La société t'assène sans cesse de son fouet amer, laisse la trace sur la peau. Brûlure suintante ; tout le mépris qui s'écoule de ton être tel la haine infectant l'abcès purulent, l'exacerbant même. Les épées de Damoclès, le pistolet sur ta tempe, ton âme haletante, à la poursuite de on ne sait quoi perdu dans l'infinité onirique des irréalités ; tu le sais très bien mais tes pieds se détachent puis s'accrochent à l'asphalte, seule compagne de destin. Passé, présent, avenir dans le profond puits des réminescences, le seau plongeant dans le vif et clair ruisseau, se cognant à l'acidité du granit, gémissant. Et toi là -haut, obnubilée par la fantasmagorie des reflets bleutés sur l'onde sublimée par le croissant de lune, lune inachevée, comme toi, comme moi.


Nous ne faisons qu'un, être asexué se complaisant dans les arcanes du fer ; de nos corps se confondant dans les aspérités hypocrites du chimérique présent, ouvrant nos failles à la lueur de nos espoirs et de nos causes perdues. Désillusionnées par le destin funèbre, augmentant notre fardeau de ces vérités désenchantées. Nous sommes comme eux, tu es comme moi, je suis comme nous.


Et il le faut. Continuer à noircir les pages blanches des jours pour garder de ma prestance, inventer de métaphoriques vertus à la trop simple vérité. Pour te plaire, pour leur plaire. La providence surréaliste me sauve du gouffre aux méandres des contradictions les plus notoires, ma main pétrifiée caressant la voûte céleste du bout des yeux, les étoiles greffant sur mes pensées d'autres désirs et repartir. Le sol s'éclipsant soudainement sous mon corps illusoire, l'aurore ; à l'ombre des inattendus rebondissements du crépuscule, mon esprit traverse enfin les épais brouillards et rejoint un tas de chair ; étendu tremblant la nuque plaqué à l'incandescent bitume, abandonné par l'irraison, brisé par l'éclatement de la fusion, esprit-corps, vie-mort. La peau d'apparence opaque n'oppose aucune résistance à l'âme blindée fonçant dans la poitrine sans observer. Soubresaut de la chair, repli terre à terre. La conscience qui immerge des songes, des iris bleutés contemple du monde le mensonge. Les intestins se vident sur le trottoir enfumé, dans la bouche âpre goût de vérité.


Texte crit par Juh le 16 avril 2008 à 12h57. Vu 2164 fois.


Commentaires


Personne n'a laissé de commentaire sur ce document. Soyez le premier en complétant le formulaire ci-dessous.


Poster un commentaire

Votre pseudo :
Votre e-mail (facultatif et privé) :
Commentaire :
Piège anti-robot : somme du chiffre un et du chiffre deux en toutes lettres :
 


Copie interdite de ce texte. Tous droits réservés.
Signaler une erreur - Imprimer ce document - -
Share/Bookmark
Copyright Bac Facile 2016 - Copie interdite sans autorisation - Tous droits réservés.
Les documents mis à disposition sont publiés sous notre licence d'utilisation Bac Facile.