Page d'accueil > Vos Oeuvres > Le village
Mascotte de Bac Facile
Je reste à votre disposition durant votre visite.
N'hésitez pas à me solliciter en cas de besoin.
Vous pouvez également contribuer en nous envoyant vos documents.
Demander de l'aide - Contribuer - Expression libre
Bac Facile vous souhaite de très bonnes vacances !
Illustration
Le village


Minuit et demi sonnait à l'église du village. La cloche de bronze tintait, doucement, régulièrement. La sonnerie retentit parmi toutes les rues sombres du village, les ruelles étroites, les chemins ténébreux. Personne, pas un chat au dehors. Tous les habitants s'étaient endormis, soit bercés par un doux chant maternel, soit épuisés par la rude journée de décembre qui venait de s'écouler. Personne encore ne savaient que la vie de ce paisible hameau allait etre bouleversée, soudainement.
Les nuages obscurcissaient la Lune, ne laissant pas percer la lumière stellaire. Une nuit sombre, comme il n'en y eut jamais auparavant, lugubre, obscure, comme révélatrice de la noirceur du coeur de l'homme.
La brume hivernale, comme à son habitude, vint jouer son rôle. Elle dansait, virvoltant, se répandant d'abord du château d'où seuls une chandelle restait allumée afin d'éclairer le travail nocturne des domestiques. Puis elle arriva au coeur du village, jusqu'à la mairie. Douce brume qui cache toute les petites imperfections humaines, elle qui dissimule la souris de son sempiternel félin de prédateur, elle qui pourrait tous nous recouvrir, nous faire oublier du reste du monde, pour une heure, pour toujours. Cette nuit, la brume, comme un mauvais présage, fut bien plus dense qu'à son habitude...

Bientot, la pluie vint accompagner la brune. De fines gouttelettes d'eau frappèrent la terre battue du village. D'autres fines perles aqueuses, ruisselant sur les toits des anciennes habitations, s'écoulant par les lamentables gouttières percées, se déversaient sur les carreaux de certainnes maisons dépourvues de volets.
La girouette de l'église s'était arretée de tourner, la cloche ne retentissait plus. Les feuilles mortes avaient céssé de voler. Le hululement des chouettes devint inaudible. Plus rien ne permettait d'affirmer qu'il y eu encore une seule âme qui puisse vous répondre à cet instant-là. Même le vent semblait commencer à redouter le village lui-même. Les habitants bientot allèrent l'imiter. Plus rien ne sera comme avant à partir de maintenant. Seulement, cela, tout le monde l'ignorait encore...

Bientot, déja, les premiers rayons solaires feront leur apparition, dissipant la brume et séchant les carreaux. Encore quelques heures avant de voir la nuit se terminer. D'ici là, toute les tragédies théatrales pouvaient être jouées, toutes les guerres racontées, et tout les amours séparées.

Le chant du rossignol anonciateur du jour finit par pénétrer la petite maisonnette. Là, un petit poêle à bois chauffait tant bien que mal la pièce principale. Cette masse métalique ne pouvait pas contenir plus de deux morceaux de bois, s'ils ne furent pas plus gros que la taille d'un poing d'homme. C'était grâce à ce poêle que la maitresse de maison cuisinait et réchauffait les plats de la veille. L'un des seul meubles de la maisonnette. Bien que sa hauteur ne dépassait guère les quatre-vingts-dix centimètres de haut pour une largeur de soixantes centimètres, c'etait, en omettant la table en bois et le lit conjugal, le meuble le plus imposant. Les plus anciens villageois se souviennent, encore aujourd'hui, avoir toujours connu cette bâtisse chauffée ainsi. Jamais il n'avait été déplacé. Le sol, à qui on aurait donné un bon coup de balais, avait déja subit le marquage des quattre pieds de fer forgé qui commencaient à être atteint d'oxydation, se propageant parmi les lames du parquet de bois. Il semblait trôner ainsi, majestueusement, bien que recouvert en grande partie de rouille, que sa peinture blueâtre s'écaillait. Ce poêle était, à coup sûr, ce qui possédait le plus de valeur dans toute l'habitation. Lorsque l'on entrait dans cette maison, il était la premiere chose sur laquelle les regards se posaient.


Suite à venir...


Texte crit par A last hope le 28 mars 2008 à 21h58. Vu 2296 fois.


Commentaires


Personne n'a laissé de commentaire sur ce document. Soyez le premier en complétant le formulaire ci-dessous.


Poster un commentaire

Votre pseudo :
Votre e-mail (facultatif et privé) :
Commentaire :
Piège anti-robot : somme du chiffre un et du chiffre deux en toutes lettres :
 


Copie interdite de ce texte. Tous droits réservés.
Signaler une erreur - Imprimer ce document - -
Share/Bookmark
Copyright Bac Facile 2016 - Copie interdite sans autorisation - Tous droits réservés.
Les documents mis à disposition sont publiés sous notre licence d'utilisation Bac Facile.