Page d'accueil > Vos Oeuvres > Fantômes du passé
Mascotte de Bac Facile
Je reste à votre disposition durant votre visite.
N'hésitez pas à me solliciter en cas de besoin.
Vous pouvez également contribuer en nous envoyant vos documents.
Demander de l'aide - Contribuer - Expression libre
Bac Facile vous souhaite de très bonnes vacances !
Illustration
Fantômes du passé


Le brouillard progresse à travers les sombres champs,
Le hurlement des loups emplit l’obscurité,
Ô Lune, pleine et menaçante, hululée,
Quel est donc cet étrange endroit ensorcelant ?
Des visages apparaissent successivement,
Pour s’évanouir aussitôt dans les ténèbres.
Cet endroit regorgeant de silhouettes funèbres
Est en tout point le contraire de rassurant.
Condamnés, à tout jamais, à fouler nos terres,
Leur étant impossible de trouver quiétude,
Ils doivent affronter cette destinée rude,
En tant que revenants et démons délétères.

Me voici propulsé sur ces terres hostiles,
Terres imprégnées de souffrance et de douleur,
Environnement malsain où règne la peur,
Rendant le plus robuste des hommes sénile.
Affres et supplices sous la plus horrifique
Des lumières me sont ici-bas infligées,
Mon âme ainsi menée au plus haut des sommets
Du paroxysme de la douleur, mort scénique...
Je crois entendre au loin des vociférations,
Mais je ne peux distinguer ces sombres prières,
Devant avoir pour but d’atteindre Lucifer,
Et provoquant en moi ces terribles frissons.

Êtres impies, graciez moi, démons du passé !
Ayant eu l’honneur de traverser l’Achéron,
Schéol homologué par Éaque et Charon,
Je n’aspire plus qu’aux eaux sombres du Léthé.
Étrangement attiré, comme par magie,
Le sabbat a finalement raison de moi,
Et je ne puis désormais contrôler mes pas,
Effets néfastes de cette sorcellerie.
Ayant perdu tout contrôle du propre corps,
Je m’avance à grands pas vers ce gouffre béant,
Rien d’autre que ténèbres noires y voyant;
Et le mal, et la mort; et le noir, et la mort...

Quelle fin plus réaliste que la mort même ?
Voici profanées les plus intimes pensées
De mon âme abîmée, déchue et fragmentée.
Il ne me reste désormais plus qu’une chose,
M’allonger et jouir du plus profond des sommeils,
Afin de laisser reposer mes plaies vermeilles
[À jamais...]


Texte crit par Alexandre Hornbeck le 19 janvier 2008 à 23h23. Vu 2093 fois.


Commentaires


Par A last hope le 23 janvier 2008 à 17h17
vraimen bien !!

Par Teck le 20 janvier 2008 à 17h33
J'aime beaucoup


Poster un commentaire

Votre pseudo :
Votre e-mail (facultatif et privé) :
Commentaire :
Piège anti-robot : somme du chiffre un et du chiffre deux en toutes lettres :
 


Copie interdite de ce texte. Tous droits réservés.
Signaler une erreur - Imprimer ce document - -
Share/Bookmark
Copyright Bac Facile 2016 - Copie interdite sans autorisation - Tous droits réservés.
Les documents mis à disposition sont publiés sous notre licence d'utilisation Bac Facile.