Page d'accueil > Vos Oeuvres > Papillon de nuit
Mascotte de Bac Facile
Je reste à votre disposition durant votre visite.
N'hésitez pas à me solliciter en cas de besoin.
Vous pouvez également contribuer en nous envoyant vos documents.
Demander de l'aide - Contribuer - Expression libre
Bac Facile vous souhaite de très bonnes vacances !
Illustration
Papillon de nuit


La lune rougeoie, et la brume m'enveloppe de sa tiédeur intemporelle.
Rien ne m'extirpera de ma torpeur, car un mur impassible s'étarque entre nous, et tel la voile d'un bateau, il se gonfle du vent de mes mélancolies, et dès que ma houle s'intensifie, se laisse emporter un peu plus loin sur les flots de mes limbes ténébreuses de manière à ce que je ne me hisse jamais plus vers toi.
Mon seul objectif est de détruire cet édifice de non-dits, pour briser la tabou de ta mort. « Imminente, inévitable », ils m'assènent de leurs arguments perfides et fallacieux, mais mon indifférence silencieuse impose lentement sa vérité au milieu des jacassements.Leurs explications erronés ne manquent pourtant pas de qualificatifs pour essayer de me rallier à leurs immondes jeux hypocrites, avec pour seul but de trouver dans la religion ou dans ta personnalité un moyen de se décharger de leur culpabilité. Mais, je continue chaque nuit à scruter méticuleusement le ciel, cherchant les traits fins de ton défunt visage. M'ingéniant à fabuler sur la chaleur qui me paraît être celle de ta peau, sur le miroitement bleuté de la nuit sur mon petit miroir orné comme ton œil irisé se posant au creux de ma paume. Sur ce vent comme ton corps qui effleure le mien, sur cette brume que j'attrape telle ta main, mais qui inlassablement sombre dans le déclin, et telle l'exaltation fulgurante qui jaillissait de nos ébats, s'éteint.
Mon tendre amour, j'entends des clameurs, des vociférations, des sanglots. Ils passent sur mon cœur de gabardine et s'intensifient sans trop me blesser. Mais, je sens des griffes s'emparer de mes épaules, me propulsant en l'air et des poings me gifler. Mon doux amour, les larmes me coulent de la violence qu'ils mettent dans leurs gestes, ils n'ont pas compris. Et toujours ces bruits infâmes qui paraissent m'être adressés, des sons parasités, des crépitements. Je m'écrase contre un matelas, chairs et os, la fenêtre est cadenassée, et plongée dans une glauque claustrophobie car privée de ta présence céleste, je comprime mon ventre à le rendre violacé, je serre mes doigts jusqu'à les désarticuler, j'arrache mes longs cheveux que tu aimais tant. Morte-vivante. L'expression prend tout son sens pour le squelette que je suis devenue, mais mon apparence physique actuelle n'est qu'irréaliste, je reste celle du 23 octobre, celle qui te donnait le septième ciel en cambrant les reins, dans laquelle le gouffre n'était que pur plaisir, félicité de nos sens perdus dans l'infinie jouissance.
Mon cher amant, si ton regard se pose sur moi en cette nuit, je dois te dégoûter. Après tout moi la femme-enfant-objet, juste bonne à servir d'alibi pour tes sorties, à te caresser de temps en temps. L'esclave dévouée qui faisait tout pour contenter son maître, malgré les multiples conquêtes de ce dernier. Tous ces hommes que tu embrassais, que tu touchais, avec qui tu jouais. Mais pris à ton propre piège, tu es devenu un des leurs, un de ces amoureux transis que tu manipulais. Sous les yeux de l'autre, tu étais prêt à tout.
Et puis tout s'est enchaîné, notre dernière nuit baignée de tes larmes, l'autre qui te rejette, tes pieds sur le balcon, mon cri. Et, tu es parti.
En aussi peu de temps qu'il n'en faut pour éclater une bulle de savon, en aussi peu de temps, s'est envolé le papillon. Tu cherchais juste à virevolter plus près de la lumière, c'est pour cela que chaque nuit, j'attends que toi, mon cher papillon de nuit se posent sur mes cheveux blonds.


Texte crit par Juh le 18 avril 2008 à 14h10. Vu 2367 fois.


Commentaires


Personne n'a laissé de commentaire sur ce document. Soyez le premier en complétant le formulaire ci-dessous.


Poster un commentaire

Votre pseudo :
Votre e-mail (facultatif et privé) :
Commentaire :
Piège anti-robot : somme du chiffre un et du chiffre deux en toutes lettres :
 


Copie interdite de ce texte. Tous droits réservés.
Signaler une erreur - Imprimer ce document - -
Share/Bookmark
Copyright Bac Facile 2016 - Copie interdite sans autorisation - Tous droits réservés.
Les documents mis à disposition sont publiés sous notre licence d'utilisation Bac Facile.