Page d'accueil > Dossiers et Exposés > Le mouvement séparatiste Basque
Mascotte de Bac Facile
Je reste à votre disposition durant votre visite.
N'hésitez pas à me solliciter en cas de besoin.
Vous pouvez également contribuer en nous envoyant vos documents.
Demander de l'aide - Contribuer - Expression libre
Bac Facile vous souhaite de très bonnes vacances !
Illustration
Le mouvement séparatiste Basque


Les Basques sont apparus pour la première fois dans l’histoire écrite à la fin du 1er siècle av.JC, alors qu’ils repoussèrent les envahisseurs romains venus d’Espagne, préservant ainsi leur indépendance. Ils se convertirent au christianisme entre le IIIe et le Ve siècle.
A la fin du VI siècle, des groupes de Basques espagnols émigrèrent vers le nord en traversant les Pyrénées jusqu’en Aquitaine. Ils préservèrent leur tradition d’autonomie à travers tout le Moyen-Age. Biscaye (voir n°3 sur la carte), fut indépendante de 1093 à 1350. Ce n’est qu’en 1370 qu’elle fut intégrée au royaume de Castille, auquel Guipùzoca (voir n°1)et avait été annexé en 1200 et Alava en 1332 (voir n°2).
Lorsque le royaume espagnol fut établi à la fin du XV siècle, les provinces basques conservèrent leurs coutumes, leurs lois et les relations diplomatique qu’ils avaient avec les autres pays jusqu’en 1876, date à laquelle les provinces furent annexées par l’Espagne. Un état basque autonome fut établi par le gouvernement républicain, lors de la guerre civile (1936-1939). Mais cette indépendance fut supprimé quelque temps après, avec la victoires des nationalistes menés par le général Francisco Franco. Le mouvement séparatiste pris une ampleur spectaculaire dans les années 70. De nombreux incidents violents éclatèrent. Entre 1979 et 1983, le gouvernement espagnol accorda aux provinces basques un statut d’autonomie. Depuis, les relations entre les Basques et le gouvernement se sont améliorées malgré les actes terroristes commis par la branche militaire de l’organisation séparatiste basque : ETA.

Le séparatisme basque est un mouvement animé par des partisans de l’indépendance des provinces basques espagnoles de Guipùzcoa, d’Alava et de Vizcaya regroupées en Communauté autonome du Pays basque et par les partisans de l’indépendance des provinces basques Française de Soule, de Basse-Navarre et du Labourd, formant le Pays basque Français.
La Navarre est le seul Etat puissant et unitaire qu’ai connu le Pays-Basque. Elle connaît son apogée aux X-XI siècle puis décline. Du XV au XVI siècle, cette région est partagée entre la France et l’Espagne.

L’ETA (Euzkadi Ta Azkatasuna) est une organisation séparatiste basque, qui cherche à obtenir l’indépendance du Pays basque par tout les moyens. Son nom est très révélateur puisqu’il signifie « le pays basque et sa liberté ».
Cette organisation séparatiste, dont le symbole est une hache entrelacée d’un serpent, a été fondée le 31 juillet 1959 par des étudiants en rupture avec le parti national basque(PNV) fondé à la fin du XIX siècle sur l’idéologie ethnique et ultra-catholique de Sabino Arana.
L’ETA se distingue du PNV par la violence. Pour elle, c’est un moyen légitime de parvenir à ses fins. Le terrorisme est monnaie courante. Mais au sein meme de l’ETA, des différences apparaissent. Certains restent fidèle aux objectifs traditionnels de l’indépendance basque, respectant les institutions, tandis que d’autre adopte une ligne plus dure et privilégie les attentats à la bombe et les assassinats. L’ETA a déjà provoqué la mort de plus de 780 personnes depuis le 7 juin 1968, date de son premier attentat mortel. De son coté, l’ETA aurai perdu 200 activistes.

Au XVIII siècle, sous la monarchie espagnole, les Basques ont des privilèges spéciaux et votent leurs propres lois: les fueros. Le fonctionnement de l’administration et le respect des lois sont controlés par des assemblées locales démocratiquement élues.

En 1936, le Front populaire accorde l’autonomie aux Basques.
En 1937, le pays basque est occupé par les nationalistes qui suppriment l’autonomie. Franco abolit également le drapeau et la langue basque. Cette politique répressive accentue le sentiment des basques d’etre une nation occupée par l’Espagne.
En 1968, le mouvement séparatiste basque évolue vers le marxisme-lénisme et se lance dans une lutte armée pour faire pression sur le gouvernement Espagnol.
En 1973, le premier ministre Carrero Blanco, qui était hostile à toute évolution démocratique et autonomiste est assassiné.
En 1975, la multiplication des attentats terroristes conduit le gouvernement à instituer l’état d’urgence au pays basque.
En 1975, les attentats se poursuivent malgré la démocratisation du pays. Le roi d’Espagne met en place une politique de libération et propose d'inscrire dans la nouvelle constitution le statut d'autonomie du pays basque.
En 1980, un parlement régional dominé par les nationalistes est élu. Au mois de décembre, le gouvernement basque obtient des compétences en matière d’impot et de police.
Malgré ces acquisitions, l’ETA poursuit ses attentats .
En 1995, le président du parti populaire est assassiné.
En 1997, une vague d’attentats est lancé contre le Parti Populaire.
L’assassinat de 2 membres de ce parti entraine une forte mobilisation des Espagnols avec plusieurs millions de manifestants.

L’intransigeance de l’ETA ne semble permettre aucune solution politique rapide au problème basque.

Le pays basque français est bien intégré à la république contrairement au pays basque espagnol. Cela est du en particulier à l’encadrement efficace de l’administration et du système scolaire. Le mouvement séparatiste n’y a jamais atteint l’ampleur qu’il a du coté espagnol.
En 1960, un mouvement nationaliste apparaît autour de l’hebdomadaire Embata et présente des candidats aux élections locales et législatives.
En 1973,le groupe terroriste ETA-iparretarak « ceux du nord » est constitué. Ils revendiquent l’indépendance des 7 provinces basques, françaises et espagnoles.
Dans les années 80, des attentats causent la mort de plusieurs personnes, principalement des CRS et des gendarmes.

Plusieurs partis représentent le mouvement nationaliste basque en France :
-EMA (Eskerriko Mugimundu Abertzaleak)
-EB (Eskual Batasuna) :proche de l’ETA
-EA (Eusko alkartasuna
-Ipar Buru Batrar :la section française du PNV.

Commentaires


Personne n'a laissé de commentaire sur ce document. Soyez le premier en complétant le formulaire ci-dessous.


Poster un commentaire

Votre pseudo :
Votre e-mail (facultatif et privé) :
Commentaire :
Piège anti-robot : somme du chiffre un et du chiffre deux en toutes lettres :
 


Signaler une erreur - Imprimer ce document - -
Share/Bookmark
Copyright Bac Facile 2016 - Copie interdite sans autorisation - Tous droits réservés.
Les documents mis à disposition sont publiés sous notre licence d'utilisation Bac Facile.