Page d'accueil > Dissertations > Thérèse Raquin - Emile Zola
Mascotte de Bac Facile
Je reste à votre disposition durant votre visite.
N'hésitez pas à me solliciter en cas de besoin.
Vous pouvez également contribuer en nous envoyant vos documents.
Demander de l'aide - Contribuer - Expression libre
Bac Facile vous souhaite de très bonnes vacances !
Thérèse Raquin
Illustration
Thérèse Raquin - Emile Zola



1). Introduction

Thérèse Raquin est le troisième, et le premier grand roman du jeune Zola. Lors de sa parution, il a 27 ans. Nous sommes donc en 1867. Ce roman est tout d'abord paru sous forme de feuilletons dans un journal et Zola a su par un découpage habile de son texte, réveiller l'attention et piquer la curiosité du lecteur. La publication de ce roman est un succès d'estime et de scandale.

Un succès d'estime, car très bien accueilli par ses nombreuses amitiés littéraires et artistiques et un scandale, car cet ouvrage est traitée de "littérature putride", de ne décrire que des scènes obscènes.

On traite l'auteur de Thérèse Raquin d'un "misérable hystérique qui se plaît à étaler des pornographies".

2). Emile Zola, sa biographie

Né à Paris en 1840, fils d'un Italien naturalisé. Emile Zola fait ses études à Aix-en-Provence où il se lie d'amitié avec Paul Cézanne, puis à Paris où il les abandonne. Il connaît la misère avant d'entrer chez Hachette pour ficeler des paquets. Il se fait remarquer par son intelligence et se voit confier le service de la publicité. Il débute dans le journalisme avec des feuilletons et des articles virulents en faveur de Manet.

Admirateur des Goncourt, il évolue assez vite vers le "réalisme" et même le "naturalisme" qui se manifeste déjà dans Thérèse Raquin, son premier chef d'oeuvre en 1867.

Entre 1870 et 1898, au prix d'un travail régulier, il publie en moyenne un roman par an : les 20 volumes des Rougon-Macquart, L'Assommoir, Nana, Germinal, La Bête humaine, parmi les plus importants.

Autour de Zola se groupent alors des écrivains de "l'école naturaliste" : ils se réunissent et publient en commun des nouvelles : parmi eux Maupassant. L'école naturaliste prétend appliquer à l'étude des réalités humaines la méthode des sciences expérimentales et s'attache surtout à peindre les milieux populaires et même les bas-fonds.

Pour écrire ses livres, Zola s'est énormément documenté et ses enquêtes sur le monde du travail l'ont conduit au "socialisme" et il s'engage dans le mêlée politique et sociale. Convaincu de l'innocence de Dreyfus (soldat juif accusé d'espionnage), il publie un vibrant article en sa faveur "J'accuse". Pour cela, il est condamné à un an de prison et perd la Légion d'Honneur. Il doit s'exiler en Angleterre pour un an et ne revient en France qu'après le suicide du commandant Henry (l'accusateur de Dreyfus) convaincu de faux.

A son retour, tout à ses aspirations humanitaires, il publie encore plusieurs volumes et laisse une œuvre inachevée, car Zola meurt prématurément d'une asphyxie accidentelle en 1902.

3). Résumé

Thérèse Raquin est la fille d'une femme africaine et d'un capitaine français qui était en Algérie. A l'âge de deux ans, il l'emmène chez sa sœur, Madame Raquin, en France pour qu'elle s'en occupe parce que sa mère est morte. Madame Raquin a un fils, Camille, qui est souvent malade. Thérèse partage l'enfance et l'adolescence maladives de Camille. Quand Thérèse a 21 ans Madame Raquin marie les deux enfants. Huit jours après le mariage Camille en a assez de la campagne, et veut aller vivre à Paris pour travailler dans une grande administration. Madame Raquin va à Paris et trouve une boutique et un appartement au passage du Pont Neuf. Ils s'y installent allèrent et les femme ouvrent une boutique de mercerie. Camille trouve vite un travail dans l'administration du chemin de fer d'Orléans. Pour Thérèse, commence trois années de vie monotone rythmées tous les jeudis soir par la visite de quatre invités, toujours les mêmes : le vieux Michaud, un commissaire de police retraité et ami de Madame Raquin, son fils Olivier, aussi un policier, sa femme Suzanne et Grivet, un employé du chemin de fer d'Orléans dont Camille a fait la connaissance au travail : on fait du thé et des parties de dominos. Thérèse déteste ces soirées.

Un jeudi soir, Camille amène un nouvel invité, Laurent, aussi employé au chemin de fer après avoir essayé de vivre de sa peinture. Ils se sont connus quand ils étaient encore enfants et puis brouillés. Pendant la conversion, Laurent propose de faire un portait de Camille.

Pendant qu'il peint, Thérèse l'observe tout le temps. En rentrant chez lui Laurent décide de devenir l'amant de Thérèse et de l'embrasser à la première occasion. Quelques jours plus tard il a fini le portrait qui n'est pas très bien réussi parce qu'il représente un noyé plutôt que Camille tellement les couleurs sont ternes. Mais Camille le trouve très bien. Dès que Laurent se trouve seul dans la chambre avec Thérèse, il l'embrasse. Après quelques instants, elle se laisse faire.

Pendant huit mois les deux amants se rencontrent régulièrement. Laurent invente des prétextes pour quitter le travail pendant le jour. Thérèse dit à sa tante qu'elle se sent mal. Ils se rencontrent dans la chambre de Thérèse en présence du chat François. Au bout de huit mois, le patron de Laurent lui interdit de quitter le travail pendant le jour. Pendant deux semaines, ils ne voient pas. Thérèse invente un prétexte pour sortir de la maison un soir. Chez Laurent, elle a l'idée du tuer Camille. Trois semaines plus tard, un jeudi soir, Michaud raconte l'histoire d'un meurtre quand on n'a jamais pu punir. Un mois plus tard, Laurent, Thérèse et Camille vont promener à Saint-Ouen. Avant de manger, Laurent a l'idée de faire un tour en barque. Avant d'entrer dans la barque, il dit à Thérèse qu'il va tuer Camille. Quand ils arrivent au milieu de la Seine et que personne ne les voit, Laurent prend Camille, l'étrangle et le jette par dessus bord. Pendant la bagarre, Camille a mordu le cou de Laurent. Quand Camille est mort, Laurent fait chavirer la barque et appelle à l'aide. Des canotiers viennent à leur secours. Laurent dit que c'est un accident. Les autres le croient. Laurent et Thérèse vont ensuite chez Michaud, Olivier et Suzanne pour leur raconter ce qui s'est passé. Les canotiers confirment qu'il s'agit d'un accident parce qu'ils prétendent avoir vu la scène. Madame Raquin est extrêmement choquée par la mort de Camille. Pour être sûr que Camille est bien mort, Laurent se rend pendant plus d'une semaine à la morgue jusqu'au jour où il voit le corps de Camille qui a extrêmement gonflé parce qu'il avait est resté près de deux semaines dans l'eau.

Plus tard, Laurent retourne très souvent le soir à la boutique pour s'occuper de deux femmes. Les soirées du jeudi reprennent. Quinze mois passent. Laurent devient toujours plus peureux, il croit que le spectre de Camille le hante. La morsure à son cou ne disparaît pas. Thérèse a des insomnies. Quelqu'un temps plus tard, Michaud trouve que Thérèse aurait besoin d'un mari, il désigne Laurent comme l'homme idéal. Laurent fait semblant de se laisser convaincre par Michaud qui est convaincu d'avoir eu le premier cette idée.

La nuit de noces, Laurent et Thérèse ne peuvent pas dormir. Ils croient que le fantôme de Camille est dans leur chambre. Cela recommence chaque nuit. Laurent croit même que le mort est "entré" dans le chat. A chaque fois qu'ils veulent se reposer le cadavre de Camille est sans cesse entre eux.

Quatre mois plus tard, Laurent quitte son travail pour se remettre à la peinture. Après quelques portraits, il remarque qu'il dessine toujours Camille et il renonce.

Madame Raquin devient paralysée et muette. Un soir, pendant une crise de nerfs, Laurent révèle le secret du meurtre devant Madame Raquin. Celle-ci essaye de dire la vérité aux invités du jeudi, mais comme d'habitude ils interprètent mal ses intentions. La vie de Thérèse et de Laurent devient un enfer : leurs nerfs se détraquent, toutes leurs disputes finissent par des coups. Battre Thérèse soulage Laurent, il déteste particulièrement le chat qu'il tue. Madame Raquin pleure le chat François presque autant qu'elle a pleuré Camille.

Après six mois de mariage, Laurent et Thérèse ont l'intention de s'assassiner mutuellement. Laurent achète du poison, Thérèse cache un couteau. Quand les invités sont partis, Laurent verse un verre d'eau avec le poison pour Thérèse, elle prend le couteau, quand ils voient ce qu'ils veulent faire, ils se suicident en buvant chacun la moitié du verre. Madame Raquin qui assiste au dénouement, savoure le spectacle de leur double mort.

4). Les personnages

Thérèse Raquin indique par son titre même l'importance accordée par l'auteur à l'action d'un personnage dans son récit. Zola dit lui-même que dans Thérèse Raquin, il a voulu étudier des tempéraments et non des caractères. Zola dit aussi : je cite : "J'ai choisi des personnages souverainement dominés par leurs nerfs et leur sang, dépourvus de libre arbitre, entraînés à chaque acte de leur vie par les fatalités de leur chair. Thérèse et Laurent sont des brutes humaines, rien de plus." lire p.. 18.
  • Thérèse
C'est la névrose et l'hystérie de Thérèse qui tiennent le rôle principal. Son existence est réduite aux fluctuations de son tempérament : nerveux au point d'être hystérique. Elle est capable de maîtrise d'elle-même et il lui arrive de se transformer en une "veuve inconsolée" lire p. 132. Après le meurtre de Camille, elle se met à faire des lectures exagérément sentimentales qui la font tomber dans une sorte de "rêverie vague". Elle a tous les traits d'une vraie héroïne. Son comportement est parfois très ironique avec Madame Raquin (p.207). Thérèse assume le mal, elle ne se révolte pas. Il ne faut pas oublier qu'elle vient d'Algérie, pays du soleil, donc placé sous le signe du feu. Elle est l'Etrangère et son étrangeté est inquiétante. Elle vient de l'Afrique lointaine et cela lui permet d'emporter les autres personnages du roman vers un Ailleurs et un Inconnu presque démoniaques.
  • Laurent
Laurent est totalement lié à Thérèse d'un bout à l'autre du roman. Laurent est d'un tempérament sanguin et vivant en brute. Il est possédé par sa maîtresse ce qui le pousse à tuer Camille. Après le meurtre, Laurent se transforme : ses nerfs se développent , l'emportent sur l'élément sanguin et sa nature se modifie. Il perd sa lourdeur et son calme. Il devient nerveux et angoissé. p. 158.

Thérèse et Laurent forme dans ce roman une entité difficilement dissociable. Au début, ils vivent en harmonie, puis ils évoluent chacun différemment, mais tous les deux aboutissent à la dépression qui dans une crise suprême les anéantit.
  • Camille
Petit, chétif, d'allure languissante, les cheveux d'un blond fade, la barbe rare, le visage couvert de taches de rousseurs, il ressemble à un enfant malade et gâté. La faiblesse de sa constitution et son aspect souffreteux le désignent comme un être sans énergie, prématurément épuisé. Il lui manque l'énergie vitale et la puissance virile que possèdent sa jeune femme et son ami d'enfance. Il ne découvre sa force que dans la Seine au moment de mourir. Après une vie médiocre, il acquiert une fois mort une grandeur et une puissance redoutables en venant hanter les époux criminels et que pour eux, il finit par habiter le chat tigré de Madame Raquin.
  • Madame Raquin
Pour l'époque , une vieille femme de soixante ans. Elle a un visage gras et placide. Comme Camille, il lui faut affronter la mort pour devenir enfin vivante. Cette mort, pour elle, c'est la paralysie qui va lui donner l'existence d'un cadavre tout-puissant. Elle survit à la mort de tous les siens.
  • François, le chat
Le chat de Madame Raquin est un gros chat tigré, doté d'un prénom humain François. Ce chat est une bête humaine, en fait un vrai personnage comme les créations fantastiques d'Edgar Poe. Le chat est beaucoup plus humain que les joueurs de dominos du jeudi qualifiés de "cadavres mécaniques" par Thérèse (p.48). Le chat est parfois identifié à Thérèse dont le tempérament nerveux évoque celui d'un félin. Thérèse imite parfois l'animal (p.66). Le chat sait tout de la vie des amants meurtriers. Au point que Laurent croit que Camille est entré dans le chat qu'il tue. Le chat est une puissance diabolique, il hante Thérèse. Il est lui-même hanté par le spectre de Camille.
  • Les invités du jeudi soir
    • Michaud
Il était commissaire de police à Vernon. Il habitait dans la même maison que Madame Raquin. A sa retraite, il est parti pour aller vivre à Paris. Il arrive toujours à l’heure. Il a un fils qui est aussi policier.
Michaud pense que c’est lui qui a eu le premier l’idée de marier Thérèse et Laurent
    • Olivier Michaud
Il est un grand homme de trente ans qui est sec et maigre. Il travaille à la préfecture de Police. Il a une femme, Suzanne
    • Suzanne Michaud
Elle est la femme d’Olivier. Au contraire de lui, elle est petite, lente et maladive. Vers la fin du livre, elle restera des après-midis entiers à parler à Thérèse.
    • Grivet
Il est employé au Chemin de fer d’Orléans. Il y travaille depuis plus de vingt ans. Il distribue la besogne aux autres employés. Après six mois, les visites sont devenues un devoir pour lui. Il gagne souvent aux dominos.

5). Interprétation

La source essentielle de ce roman est : La Vénus de Gordes d'Adolphe Belot et Ernest Daudet, publiée en feuilleton dans Le Figaro en 1866. Thérèse Raquin a donc été, comme il arrive un roman issu d'un autre roman.

Des le début la description du passage du Pont-Neuf invite au crime par son aspect sinistre. C’est une sorte de galerie souterraine vaguement éclairée, sombre et humide comme l’appartement et la boutique. Thérèse a l’impression quand elle y entre la première fois de tomber dans une fosse humide. Elle pense aussi qu’on l’enterre là. C’est aussi le lieu où se passe toute l’histoire; Zola a à cette époque du mal à choisir entre l’art du théâtre et l’art du récit. Peut-être est-ce pour cela que le livre ne bouge pas beaucoup. Thérèse Raquin deviendra une pièce de théâtre en 1873. L’influence de ce milieu, du Pont-Neuf ce coupe gorge, détermine la logique du récit.

La mercerie est comme un caveau où on étouffe, où les pensée moisissent, où les êtres et les choses végètent. Elles ne vivent pas.

Cet espace confiné ne s’ouvre qu’au moment de la promenade à Saint-Ouen où a lieu le meurtre de Camille. Puis l’action s’enferme à nouveau dans la chambre conjugale avec une fenêtre qui s’ouvre sur un mur gris. Là se termine le roman entre le tableau qui représente Camille comme noyé qui donnent des cauchemar à Thérèse et Laurent et les conduit au délire, puis à leur meurtre.

Comme dit auparavant, les caractères sont soumis à leur émotions. Ils n’emploient pas très souvent leurs têtes. Toutes leurs actions sont prévisibles.

Ce roman est fortement influencer par le naturalisme. Dans un tel roman, ce sont les conditions physiologiques, les milieux et les circonstances qui déterminent la personne. A l’époque de Zola, cela est très nouveau, mais pour le roman moderne c’est normal. Zola donne aux personnages beaucoup d’instincts. Dans le cas extrême, ce sont des personnages entraînés à chaque acte de leur vie par le fatalisme de leur chair. L’hérédité africaine de Thérèse accentue la fatalité de son personnage.

A la lecture de Thérèse Raquin, on parfois l’impression d’admirer les tableau des peintres impressionniste comme Cézanne, Manet, Pissaro que Zola fréquentaient beaucoup. Zola décrit les paysage, les quais de la Seine avec le même goût que ces peintres.

Lire la dissertation sur le refus de la psychologie dans Therese raquin


Signaler une erreur - Imprimer ce document - -
Share/Bookmark
Copyright Bac Facile 2016 - Copie interdite sans autorisation - Tous droits réservés.
Les documents mis à disposition sont publiés sous notre licence d'utilisation Bac Facile.