Page d'accueil > Commentaires Composés > Emile Zola - La Bête Humaine - Chapitre II
Mascotte de Bac Facile
Je reste à votre disposition durant votre visite.
N'hésitez pas à me solliciter en cas de besoin.
Vous pouvez également contribuer en nous envoyant vos documents.
Demander de l'aide - Contribuer - Expression libre
Bac Facile vous souhaite de très bonnes vacances !
La Bête Humaine
Illustration
Emile Zola - La Bête Humaine - Chapitre II


Introduction
La bête humaine est un point d’orgue du naturalisme à fin des Rougon-Macquart.
Jacques Lantier est l’ultime expérimentation de l’atavisme.

Situation :
Jacques vient de rendre visite à sa Tante, et dans un excès de folie, il a essayé de tuer sa fille, Flore. Il s’enfuit dans la campagne pour essayer de comprendre.

Problématique :
Nous montrerons donc comment ce passage propose le combat intérieur que mène Claude contre cet Autre barbare qui le livre à la bestialité et comment l’atavisme du projet Zolien le rattrape.

Plan :
I Un combat intérieur contre lui même.
II L’expression bestiale de ses pulsions
III L’atavisme de la famille Macquart


I Un combat intérieur contre lui même.
- Discours indirect libre : le lecteur a accès aux sentiments, aux pensées de Jacques, à son conflit intérieur.
- Nombreux « ! », « ? » : malaise à l’état brut. Non compréhension
- Souffrance physique. Cf lexique
- Expression de la folie : « sanglots convulsifs »

Cette folie n’est pas une simple perte de contact avec la réalité, Jacques est aussi aux prises avec des pulsions meurtrières.


II L’expression bestiale de ses pulsions.
- Eveil d’un désir, celui de la chair.
- Sauvagerie dans ses pulsions. Champ lexical de la sauvagerie
- « bête enragée » : liaison avec le titre. Métaphore du loup qui connote le prédateur.

Jacques subit une perte de contrôle de lui même et bascule dans un rôle effroyable de mangeur de femmes. Une seule explication : ses origines Macquart.

III L’atavisme de la famille Macquart
- Atavisme est rappelé par l’état pathologique : « mal »
- Personnage en prise avec une maladie : « fêlure originale »
- Généalogie d’une famille empoisonnée : « sang gâté »
- Tare : combinaison parfaite alcool-folie.


Conclusion
Ce passage, issu d’un des derniers romans des Rougon-Macquart constitue un aboutissement du projet zolien : l’atavisme rattrape Claude qui souffre de toutes les tares Macquart.

Commentaires


Personne n'a laissé de commentaire sur ce document. Soyez le premier en complétant le formulaire ci-dessous.


Poster un commentaire

Votre pseudo :
Votre e-mail (facultatif et privé) :
Commentaire :
Piège anti-robot : somme du chiffre un et du chiffre deux en toutes lettres :
 


Signaler une erreur - Imprimer ce document - -
Share/Bookmark
Copyright Bac Facile 2016 - Copie interdite sans autorisation - Tous droits réservés.
Les documents mis à disposition sont publiés sous notre licence d'utilisation Bac Facile.