Page d'accueil > Commentaires Composés > Emile Zola - L'Oeuvre
Mascotte de Bac Facile
Je reste à votre disposition durant votre visite.
N'hésitez pas à me solliciter en cas de besoin.
Vous pouvez également contribuer en nous envoyant vos documents.
Demander de l'aide - Contribuer - Expression libre
Bac Facile vous souhaite de très bonnes vacances !
L'Oeuvre
Illustration
Emile Zola - L'Oeuvre


L'Oeuvre
1 Une après-midi, par un des derniers beaux jours de la saison, Claude avait emmené Christine, laissant le petit Jacques à la garde de la concierge, une vieille brave femme, comme ils faisaient d'ordinaire, quand ils sortaient ensemble. C'était une envie soudaine de promenade, un besoin de revoir avec elle des coins chéris autrefois, derriére lequel se cachait le vague espoir qu'elle lui porterait chance. Et ils descendirent ainsi jusqu'au pont Louis-Philippe, restérent un quart d'heure sur le quai aux Ormes, silencieux, debout contre le parapet, à regarder en face, de l'autre côté de la Seine, le vieil hôtel du Martoy, où ils s'étaient aimés. Puis, toujours sans une parole, ils refirent leur ancienne course, faite tant de fois ; ils filérent le long des quais, sous les platanes, voyant à chaque pas se lever le passé ; et tout se déroulait, les ponts avec la découpure de leurs arches sur le satin de l'eau, la Cité dans l'ombre que dominaient les tours jaunissantes de Notre-Dame, la courbe immense de la rive droite, noyée de soleil, terminée par la silhouette perdue du pavillon de Flore, et les larges avenues, les monuments des deux rives, et la vie de la riviére, les lavoirs, les bains, les péniches. Comme jadis, l'astre à son déclin les suivait, roulant sur les toits des maisons lointaines, s'écornant derriére la coupole de l'Institut : un coucher éblouissant, tel qu'ils n'en avaient pas eu de plus beau, une lente descente au milieu de petits nuages, qui se changérent en un treillis de pourpre, dont toutes les mailles lâchaient des flots d'or. Mais, de ce passé qui s'évoquait, rien ne venait qu'une mélancolie invincible, la sensation de l'éternelle fuite, l'impossibilité de remonter et de revivre. Ces antiques pierres demeuraient froides, ce continuel courant sous les ponts, cette eau qui avait coulé, leur semblait avoir emporté un peu d'eux-mêmes, le charme du premier désir, la joie de l'espoir. Maintenant qu'ils s'appartenaient, ils ne goûtaient plus ce simple bonheur de sentir la pression tiéde de leurs bras, pendant qu'ils marchaient doucement, comme enveloppés dans la vie énorme de Paris
Cette description est tout à fait exemplaire de son contexte historico-littéraire. On y retrouve en effet les principales données d'une description romanesque dans un roman du XIXe siécle et d'abord la place donnée au paysage dans ses caractéristiques visuelles (cet aspect est pratiquement absent du roman avant le XIXe siécle)
Cette dimension vient s'ajouter aux fonctions habituelles de la description, à savoir "faire vrai" et amplifier la dimension narrative par des symboles
On peut donc, pour dire les choses autrement, discerner trois dimensions dans ce type de descriptions naturalistes Une préoccupation réaliste.
Une recherche esthétique qui s'inspire souvent de la peinture impressionniste.
Une utilisation expressionniste des éléments décrits qui prennent une valeur symbolique par rapport à l'action du roman (c. f. l'alambic dans l'Assommoir)
C'est d'ailleurs ce clivage tripartite qui va alimenter nos réponses aux questions et organiser notre commentaire.


Compte tenu de ce qui précéde, l'organisation du commentaire nous semble pouvoir s'articuler autour du statut d la description et de ses différents aspects.
Nous proposons donc le plan suivant qui s'appuie sur la signalisation colorée et le classement opérés plus haut.
Une description qui renforce l'illusion du réel :
_ par l'emploi de repéres toponymiques (pont Louis-Philippe,... quai aux Ormes...)
_ par un effet cher aux romanciers réalistes du XIXe: la liste documentaire: , [...]les monuments des deux rives, et la vie de la riviére, les lavoirs, les bains, les péniches.
Une description liée à la trame romanesque et insistant à travers le paysage sur l'idée de déclin qui habite l'esprit des personnages : tout ce qui est en vert dans le texte.

Commentaires


Personne n'a laissé de commentaire sur ce document. Soyez le premier en complétant le formulaire ci-dessous.


Poster un commentaire

Votre pseudo :
Votre e-mail (facultatif et privé) :
Commentaire :
Piège anti-robot : somme du chiffre un et du chiffre deux en toutes lettres :
 


Signaler une erreur - Imprimer ce document - -
Share/Bookmark
Copyright Bac Facile 2016 - Copie interdite sans autorisation - Tous droits réservés.
Les documents mis à disposition sont publiés sous notre licence d'utilisation Bac Facile.