Page d'accueil > Commentaires Composés > Voltaire - Lettres Philosophiques - Lettre 1, sur les...
Mascotte de Bac Facile
Je reste à votre disposition durant votre visite.
N'hésitez pas à me solliciter en cas de besoin.
Vous pouvez également contribuer en nous envoyant vos documents.
Demander de l'aide - Contribuer - Expression libre
Bac Facile vous souhaite de très bonnes vacances !
Lettres Philosophiques
Illustration
Voltaire - Lettres Philosophiques - Lettre 1, sur les Quakers


Lettres Philosophiques
1 J'ai cru que la doctrine et l'histoire d'un Peuple si extraordinaire méritaient la curiosité d'un homme raisonnable. Pour m'en instruire, j'allai retrouver un des plus célèbres quakers d'Angleterre, qui après avoir été trente ans dans le Commerce, avait su mettre des bornes à sa fortune et à ses désir, et s'était retiré dans une campagne auprès de Londres. Je fus le chercher dans sa retraite; c'était une maison petite mais bien bâtie, pleine de propreté sans ornement. Le quaker était un vieillard frais qui n'avait jamais eu de maladie, parce qu'il n'avait jamais connu les passions ni l'intempérance : je n'ai point vu en ma vie d'air plus noble ni plus engageant que le sien. Il était vêtu comme tous ceux de sa religion, d'un habit sans plis dans les cotés, et sans boutons sur les poches ni sur les manches, et portait un grand chapeau à bords rabattus comme nos ecclésiastiques; il me reçut avec son chapeau sur la tète, et s'avança vers moi sans faire la moindre inclinaison du corps; mais il y avait plus de politesse dans l'air ouvert et humain de son visage qu'il n'y en avait dans l'usage de tirer une jambe derrière l'autre et de porter à la main ce qui est fait pour couvrir la tète . "Ami, me dit-il, je vois que tu es un étranger; si je puis t'être de quelque utilité, tu n'as qu'à parler. - Monsieur, lui dis-je, en me courbant le corps et en glissant un pied vers lui, selon notre coutume, je me flatte que ma juste curiosité ne vous déplaira pas, et que vous voudrez bien me faire l'honneur de m'instruire de votre religion. - Les gens de ton pays, me répondit-il, font trop de compliments et de révérences ; mais je n'en ai encore jamais vu qui ait la même curiosité que toi. Entre et dînons d'abord ensemble." Je fis encore quelques mauvais compliments parce qu'on ne se défait pas de ses habitudes tout d'un coup, et après un repas sain et frugal qui commença et finit par une prière à Dieu, je me mis à interroger mon homme .Je débutai par la question de bons catholiques ont faites plus d'une fois aux huguenots : "Mon cher monsieur, êtes-vous baptisé? - Non ,me répondit le quaker, et mes confrères ne le sont point. - Comment morbleu, repris-je, vous n'êtes pas donc pas chrétiens? - Mon fils, répartit-il d'un ton doux, ne jure point, nous sommes chrétiens, mais nous ne pensons pas que la christianisme consiste à jeter de l'eau froide sur la tête avec un peu de sel. [...]
Ensuite, il me rendit raison en peu de mots de quelque s singularités qui exposent cette secte au mépris des autres. "Avoue, dit-il , que tu as bien eu de la peine à t'empêcher de rire, quand j'ai répondu à toutes tes civilités avec mon chapeau sur ma tête et en te tutoyant ; cependant tu me parais trop instruit pour ignorer que du temps du Christ aucune nation ne tombait dans le ridicule de substituer le pluriel au singulier .On disait à César Auguste : je t'aime, je te prie, je te remercie ; il ne souffrait pas même qu'on l'appelât Monsieur, Dominus. Ce ne fut que très longtemps après lui les hommes s'avisèrent de se faire appeler vous au lieu de tu, comme s'ils étaient doubles, et d'usurper les titres impertinents de Grandeur, d'Eminence, de Sainteté, que des vers de terre donnent à d'autres vers de terre, en les assurant qu'ils sont avec un profond respect et une fausseté infâme leur très humbles et très obéissants serviteurs. C'est pour être pus sur nos gardes contre cet indigne commerces de mensonges et de flatteries que nous nous tutoyons également les rois et les savetiers, que nous ne saluons personne, n'ayant pour les hommes que de la charité et du respect que pour les lois.
Introduction :
Extrait de la première des lettres philosophiques de 1734. Composées lors d'un séjour forcé en Angleterre à la suite d'une querelle avec un aristocrate, ces lettres comportent une étude élogieuse de tous les aspects de la vie politique, sociale et religieuse des Anglais. Celle ci est consacrée à la rencontre avec un quaker (membre d'une secte dissidente fondée en 1652 par l'anglais George Fox contre le comformisme de l'Eglise anglicane. Tu annonces ton plan


Etude linéaire

I Présentation du thème et du quaker
1 L'énonciation
- Pronoms 1ère personne --> locuteur très présent (marque de personne)
- Marque de jugement : "raisonnable", "m'instruire" : connotation positive (image du sage)

2 Le thème
- apparait à la ligne 3 "quaker" : minorité religieuse
- "Peuple", "Commerce" : noms communs + majuscules --> mises en valeurs d'éléments liés au thème --> thèse implicite

3 Description valorisante du Quaker
- environnement simple : "sans ornement"
- environenement sain : "campagne", "propreté"
- impression physique simple. "Veillard frais" : oxymore
- sa vie : négation des passions

Tous les éléments qui vont illustrer la thèse appuyée par Voltaire apparaissent dès le début. Thèse : minorité religieuse



II Oppositions culturelles
1 forme dialoguée
[" "] et [ - ] + verbes d'introduction de dialogue --> passage au dialogue = argumentation
Argumentation intégrée aux paragraphes : Voltaire n'a pas voulu casser la structure argumentative

2 Deux formes de politesse différente
Voltaire dénonce un usage qu'il accomplit + périphrase ironique
A l'inverse, le quaker n'enlève pas son chapeau = refus du conventionnel

3 Opposition des langages
- ami (vrai) différent de Monsieur (vide de sens = monseigneur)
- tutoiement différent de vouvoiement
- type informatif simple différent du type flatteur
- Quaker : impératif et amical : simplicité. Opposition naturel / superficiel

Opposition toujours implicite des 2 thèses : celle symbolisée par le Quaker est valorisée



III Opposition religieuse
1 Thème de la religion
Champ lexical de la religion
Ironie / Catholique
Majuscule pour toutes les religions : respect

2 Logique catholique
"baptidé" : importance du formel dénoncé
Voltaire étudie volontairement la part sacrée du baptème
Le chrétien est faussement indigné
--> termes grossiers : intolérance --> insulte à Dieu

3 Logique du Quaker
Voltaire sous entend que la religion des quakers rend sain et bon
Refus du rite --> périphrase ironique
Philosophie déiste (Voltaire)
Voltaire amène sa thèse sur le terrain religieux.
Apologie des quakers contre le catholicisme.


Conclusion
Sous une apparente simplicité, la rencontre avec le quaker est une sorte d'allégorie où chacun représente une religion (donc une thèse). Celle des quakers reste valorisée.




Plan de commentaire composé, dans lequel on peut incorporer différents points de l'étude linéaire

I La rencontre avec un quaker
1 Description physique d'un quaker
imparfait, temps de la description
"ni", qui est utilisé en corrélation avec "sans" montre la simplicité du quaker

2 Présentation morale du Quaker
Narrateur rapporte systématiquement sa description du Quaker à la thématique de la religion --> confère sagesse, sainteté.
Voltaire fait l'éloge des Quakers



II La découverte d'un autre peuple
1) Opposition religieuse
Effets de distorsions entre les deux hommes et par extrapolation entre deux religions

2 Opposition culturelle
oxymores, antithèses, paradoxes...



III Une tonalité didactique (qui vise à enseigner)
- Voltaire cherche à transmettre des enseignements à ses lecteurs
Enseignements religieux mais aussi moraux : tolérance...

- Regard étranger : catholique oubli un instant ses préjugés (ouverture d'esprit de Voltaire). A travers ces propos élogieux sur les Quakers, il dénonce l'intolérance des catholiques ---> choquer opinion

Commentaires


Personne n'a laissé de commentaire sur ce document. Soyez le premier en complétant le formulaire ci-dessous.


Poster un commentaire

Votre pseudo :
Votre e-mail (facultatif et privé) :
Commentaire :
Piège anti-robot : somme du chiffre un et du chiffre deux en toutes lettres :
 


Signaler une erreur - Imprimer ce document - -
Share/Bookmark
Copyright Bac Facile 2016 - Copie interdite sans autorisation - Tous droits réservés.
Les documents mis à disposition sont publiés sous notre licence d'utilisation Bac Facile.