Page d'accueil > Commentaires Composés > Jean-Jacques Rousseau - Les Confessions - L'autoportrait
Mascotte de Bac Facile
Je reste à votre disposition durant votre visite.
N'hésitez pas à me solliciter en cas de besoin.
Vous pouvez également contribuer en nous envoyant vos documents.
Demander de l'aide - Contribuer - Expression libre
Bac Facile vous souhaite de très bonnes vacances !
Les Confessions
Illustration
Jean-Jacques Rousseau - Les Confessions - L'autoportrait


1. Situation :

Mêmes éléments que pour le texte précédent.

Concernant l'époque (siècle des Lumières et des philosophes), Jean-Jacques est un égaré ; en effet, ce siècle est caractérisé
par le triomphe de la raison et de l'esprit cartésien.

Mme de Warens s'interroge sur l'avenir de son protégé, le fait examiner par Monsieur d'Aubonne, un homme d'esprit. Le
jugement est négatif : " Un garçon de peu d'esprit, sans idées, presque sans acquis " , jugement qui rappelle celui du greffier
Masseron, " Des mains bonnes pour la lime " .

Dans cet autoportrait, Jean-Jacques cherche à se justifier.


2. Lecture


3. Transition :


On assiste ici à une introspection dans le but d'une autojustification. Pour cela, il développe 2 paragraphes très distincts avec
des contenus différents :

- Dans l'instant, l'affectivité domine la raison.

- Dans la réflexion solitaire, lent passage du chaos.

La problématique de Jean-Jacques est bien ici d'opérer un renversement de jugement, pour convaincre le lecteur de la richesse
de sa pensée. Le commentaire méthodique reprendra les deux thèmes de l'argumentation.


4. Commentaire :

Axe 1 : Affectivité plus grande que la raison :
A. La reconnaissance d'une contradiction interne, paradoxe, antithèse :

On relèvera de suite 2 champs lexicaux opposés : l'affectivité et la raison.

Ex : " raison ", " lente ", " embarrassé ", . et " affecte ", .

On remarquera que quantitativement, le champ de l'affectivité domine celui de la raison.

Quantitativement, l'un est positif, laudatif, éloquent, l'autre négatif.

Non seulement le philosophe prend conscience de ce paradoxe interne, mais il avoue son investissement du côté de la
sensibilité. Cet investissement, choix, s'exprime aussi par des constructions syntaxiques, avec la deuxième phrase par exemple,
souple, vive, dynamique, dans le premier temps sensible, s'alourdit par des relatives et négations pour exprimer la raison.

Cette prise de conscience, d'une ambiguïté, s'exprime aussi par 4 exemples : " L'impromptu à loisir, conversation par la poste,
espagnols aux échecs, et Duc de Savoie " , 4 anecdotes qui toutes renforcent la même idée : l'affectivité nuit à la lucidité de
l'instant.

B. Les conséquences de cette prise de conscience :

Implicitement, il part d'un constat négatif, n'ayant pas de réponse, il est mal jugé. Toute son habileté résidera dans le fait de
positiver ce qui pouvait passer comme une gêne, une limite.

L'alliance de mots " inalliable-unir ", dès la première phrase, présente Jean-Jacques comme un être exceptionnel.

Le " en moi " exprime une conscience d'être supérieur aux autres qui culminera dans l'adjectif " surpassé " de la fin du texte.

La conjonction d'opposition cependant et un pivot du renversement.

Après un vocabulaire négatif : " ne voit rien, stupide, embarrassé " , surviennent des termes très élogieux : " excellent, me voilà "
, .

Pour Jean-Jacques, le seul problème reste celui du temps : " pourvu qu'on m'attende, à loisir, par la poste, . " .

Condition secondaire, futile, qui récupère le lecteur, et qui annonce le second paragraphe.

Axe 2 : Dans la réflexion solitaire, lent passage du chaos :

· Dans un premier temps, un inconvénient.

Le vocabulaire est dépréciatif au début du paragraphe : " difficultés, sourdement, fermenter ". (fermenter = pourrissement,
mais aussi prometteur.)

Après ces jugements négatifs, 2 types de réaction.

Evocation d'un malaise quasi-physiologique : " émouvoir, échauffer, palpitation, . " qui connotent la fièvre, malaise
physiologique.

C'est un état qui provoque un arrêt : abondance de formes négatives : " Je ne vois rien, je ne saurais écrire un seul mot ".

La solution viendra du temps.

Mais déjà, nous avons des signes positifs.

Ce qui était un inconvénient devient une richesse.

· Une richesse exprimée à travers 2 images :

- image évoquée de la fermentation ,prometteur, .

- comparaison du théâtre italien, registre noble que Rousseau connaît bien. (il a écrit un opéra).

L'image développée avec précision évoque une évolution du chaos vers l'ordre, avec les connotations attachées à ces 2 états.

Le chaos, désordre, confusion, affectivité, est un peu aussi l'abondance ; nous sommes dans un univers : le baroque.

L'ordre et la clarté, rigueur, raison, classicisme.

Jean-Jacques est capable de sentir la profusion baroque, mais d'organiser la réflexion classique.

Là encore, c'est un signe de richesse. La meilleure preuve de cette capacité est dans la composition implicite de ce texte.

Deux paragraphes très cartésiens, de quantité égale, très démonstratifs, évoluant chacun entre arguments et références.

Conclusion Globale


Jean-Jacques et convaincant.

Le paradoxe qui est en lui-même, est mis à profit de la composition même de ce texte.

Il nous prouve que sa raison est excellente pour clarifier la confusion de sa sensibilité.

C'est finalement un être double.

Cet autoportrait peut avoir deux élargissements possibles :

- Il situe parfaitement Rousseau dans l'évolution de l'esthétique littéraire.

- Il est peut-être le dernier classique, et le premier romantique.

Enfin, ce texte peut avoir un intérêt psychologique général. C'est un texte miroir, dans lequel on peut retrouver ses propres
embarras. Qui n'a pas souffert dans l'instant d'un manque d'à propos, et dans la réflexion d'une difficulté à clarifier la confusion.

Elargissement sur " Ridicule ", le film, avec le courtisan qui n'a pas eu de réparti au bon moment.

Commentaires


Personne n'a laissé de commentaire sur ce document. Soyez le premier en complétant le formulaire ci-dessous.


Poster un commentaire

Votre pseudo :
Votre e-mail (facultatif et privé) :
Commentaire :
Piège anti-robot : somme du chiffre un et du chiffre deux en toutes lettres :
 


Signaler une erreur - Imprimer ce document - -
Share/Bookmark
Copyright Bac Facile 2016 - Copie interdite sans autorisation - Tous droits réservés.
Les documents mis à disposition sont publiés sous notre licence d'utilisation Bac Facile.