Page d'accueil > Commentaires Composés > Maupassant - Sur l'eau
Mascotte de Bac Facile
Je reste à votre disposition durant votre visite.
N'hésitez pas à me solliciter en cas de besoin.
Vous pouvez également contribuer en nous envoyant vos documents.
Demander de l'aide - Contribuer - Expression libre
Bac Facile vous souhaite de très bonnes vacances !
Sur l'eau
Illustration
Maupassant - Sur l'eau


Ce conte fantastique, paru dans " Le Bulletin français" en 1876 sous le titre En canot, a été publié
en 1881 sous son titre actuel dans le recueil "La Maison Tellier".

Dans les deux premiers paragraphes, l'auteur présente le personnage qui " avait dans le coeur une grande
passion, une passion dévorante, irresistible" et introduit l'histoire du vieux canotier mordu de la rivière. " ..un canotier enragé, toujours près de l'eau, toujours sur l'eau, toujours dans l'eau."

C'est ici que se situe le fantastique et, meme si le je de narration est un procédé traditionnel d'un genre qui a déjà ses maitres, il semble que Maupassant ait connu, de l'intérieur, cette horreur de se sentir mourir. Il partage avec son héro le gout de la solitude et de la nuit pour lesquelles tous les deux ressentent un attrait irrésistible.

Et le lecteur se sent tout de suite désorienté, inquiet; le mécanisme du suspence commence à l'entrainer quand le canotier avant d'entamer son histoire décrit la rivière comme "..une chose mystérieuse et profonde, inconnue, pays des mirages et fantasmagories où l'on voit, la nuit, des choses qui ne sont pas, où l'on entend des bruits que l'on ne connait point, où l'on tremble sans savoir pourquoi, comme en traversant un cimitière .... le plus sinistre des cimitières où l'on n'a point de tombeau." et encore "....elle n'a que des profondeurs noires oùl'on pourrit dans la vase....."

Le sujet , les personnages et le décor sont déjà presque complètement présentés: le canotier passionné; la rivière co-protagoniste vivante et active, les éléments naturels personnifiés, la nuit étroitement liée à l'inconscient, à l'inconnu et par conséquant à l'angoisse et les insistantes allusions à la mort qui ne seront complètement dévoilées qu'à la fin quand on découvre que c'est le cadavre d'une vieille femme morte qui l'empeche de s'enfuir.

Mais c'est grace à la description d'un paysage très symbolique, que l'écrivain parvient à susciter des émotions fortes et à provoquer un frisson de peur chez le lecteur. Cela est fait par certains artifices linquistiques: soit la personification des éléments
naturels, soit le symbolisme des couples : fleuve-terre, mouvement de l'eau-immobilité de la nuit-jour. Tout cela garantit une vaste gamme d'interpretations, un certain niveau de polysémie, et la vision fortement subjective du personnage qui entre
en symbiose avec la nature selon ses propres états d'ame.

Jusqu'à la fin, conduisant le lecteur à travers un voyage-cauchemar où les moments de lucidité et de raison sont continuellement et inévitablement annulés par les moments de folie et de peur, Maupassant nous laisse dans l'ambiguité d'une fin ouverte où nous
pouvons imaginer aussi que le canotier, pris par l'alcool et la peur, a tout inventé.

Ce conte comporte un récit enchassant et un récit enchassé: le premier qui situe le contexte fictif, est raconté à la première personne par un narrateur qui devient le destinataire dans le second ( voir à la ligne 15 " me dit-il..") ,c'est-à-dire la personne à laquelle on s'apprete à raconter une singulière aventure.


RECIT ENCHASSANT Les deux premiers paragraphes .

repérages des marques du premier narrateur: " J'/ je " cinq fois, " mes/mon",deux fois; " me" une fois Ce narrateur fait la connaissance " d'un voisin/ un homme de.../ qui etc"
Ce vieux canotier est designé aussi par " Il.../ lui.../sa...qui".

Dès le début le mode verbal est celui classique du roman au passé simple/ imparfait qui situe l'histoire comme vraie et déjà arrivée dans un passé revolu; la présence d'un destinataire à qui on raconte directement ce que nous allons découvrir, par la
lecture grace à sa médiation directe, confirme ce donné d' Histoire VRAIE .

RECIT ENCHASSE

La prise en charge de l'histoire par le narrateur-protagoniste comporte un prétexte de 34
lignes ( Ah..... des vagues) qui n'est qu'une digression philosophique sur les différences
spécifiques entre la mer, grande et loyale, chantée par les grands poètes aussi comme Victor Hugo dans
OCEANO NOX et la rivière , silencieuse et perfide, aux histoires chuchotées et sinistres.

Ce long récit du narrateur- protagoniste, toujours dit à la première personne, est ponctué par quelques
indications temporelles qui scandent la succession des évémements arrivés le long d'une nuit jusqu'au petit
matin :
" Un soir ( à la ligne 58 ), Soudain ( aux lignes.77, 111,202 ), pendant quelque temps ( à la ligne 84) peut-etre une heure/ deux ( à la ligne 164), le jour venait ( à la ligne 207). Ces quelques ancrages servent à souligner le resserrement narratif de l'épisode choisi qui approfondit plutot un espace solution-sauvetage, de la part du protagoniste en difficulté au milieu de la rivière: cette solution est en meme temps, élucidation d'une énigme pour nous lecteurs et pour le premier destinataire qui écoute de vive voix cette histoire.

L'auteur en s'intéressant au thème de la peur représente ce qui se passe chez le protagoniste, en une nuit, sans s'occuper directement de sa psychologie qui reste cachée : il s'en tient donc aux gestes qui sont la manifestation d'un état d'ame particulier. De cette manière il donne l'illusion du vrai par un choix particulier de son style: la recherche du mot précis, essentiel, simple; une précision descriptive; une concision narrative et une forte rapidité expressive qui ne développent que le moment décisif de l'action. C'est surtout son habilité d'artiste capable de rendre le "dedans" par le "dehors", les sentiments par les
pensées et les gestes qui fait de ce conte un exemple de suspence captivant

Commentaires


Personne n'a laissé de commentaire sur ce document. Soyez le premier en complétant le formulaire ci-dessous.


Poster un commentaire

Votre pseudo :
Votre e-mail (facultatif et privé) :
Commentaire :
Piège anti-robot : somme du chiffre un et du chiffre deux en toutes lettres :
 


Signaler une erreur - Imprimer ce document - -
Share/Bookmark
Copyright Bac Facile 2016 - Copie interdite sans autorisation - Tous droits réservés.
Les documents mis à disposition sont publiés sous notre licence d'utilisation Bac Facile.