Page d'accueil > Commentaires Composés > La Bruyère - Giton et Phédon
Mascotte de Bac Facile
Je reste à votre disposition durant votre visite.
N'hésitez pas à me solliciter en cas de besoin.
Vous pouvez également contribuer en nous envoyant vos documents.
Demander de l'aide - Contribuer - Expression libre
Bac Facile vous souhaite de très bonnes vacances !
Giton et Phédon
Illustration
La Bruyère - Giton et Phédon


La Bruyère
C'est un Moraliste du XVIIème siècle qui s'exprime par le genre du portrait.

Ouvrage unique : " Les Caractères ".

1. Situation :

Il naît à Paris en 1645 dans une famille de la petite bourgeoisie, poursuit comme tout le monde des études de droit.

Ils achètent une charge de magistrat attente.

Il est nommé précepteur du Duc de Bourbon, et ainsi pénètre à la Cour, un vaste champ d'observation.

En 1688, il publie " Les Caractères ", qu'il qualifie de " revanche du talent et de l'esprit sur la naissance et la fortune " .

Il s'impose comme un moraliste, un critique, mais aussi un grand styliste. Il révèle des qualités d'analyse, suite de portraits, mais on pourrait lui reprocher de manquer de synthèse : absence de regroupement, il ne dégage pas de principes généraux.

La morale, chez lui, est toujours implicite, et se diversifie de portrait en portrait.

Cependant, on admirera un art classique très maîtrisé chez lui, autant dans les structures d'ensemble, que dans l'usage des diverses formes de rhétorique.


2. Lecture

3. Transition :

Le titre annonce un portrait double ainsi que la structure choisie : opposition de deux personnages de conditions différentes, Giton le riche, Phédon le pauvre.

Pour cela le moraliste développe un diptyque, 2 parties descriptives symétriques, surtout dans la structure.

Au niveau du portrait : - physique,

- psychique,

- social (comportemental, relationnel).



La problématique pourrait être : " Comment une morale implicite peut-être révélée par une composition habile ? "

On développera un commentaire méthodique en 3 axes :

- l'analogie des structures,

- le décalage des contenus,

- un texte culpabilisant.

4. Commentaire :

Axe 1 : L'analogie des structures :

On remarquera des effets de symétrie.

Il y a la même progression dans la composition :

- personnages nommés au début,

- la clé du portrait est livrée à la fin,

- entre les deux, nous avons la même évolution.

" Giton a " + suite de compléments, suivi d'un " il " omniprésent avec de nombreux verbes.

D'abord le personnage est caractérisé, ensuite il s'anime.

Ensuite intervient le cercle social, avec le pronom " on " .

Trois petites nuances au niveau de la structure :

* Phédon, quantitativement plus approfondi, signe peut-être d'une plus grande complexité.

* Le pronom " on " , social, présent 6 fois chez Giton, 2 fois chez Phédon: l'un attire, l'autre repousse.

* Par ailleurs, le verbe " être ", peu présent chez Giton, et récurant chez Phédon.

L'un se disperse dans l'action, l'autre est intériorisé.

Une certaine rigidité syntaxique : anaphore récurrente d'un portrait à l'autre, mais aussi à l'intérieur de chaque portrait.

Grande simplicité dans la composition des phrases :

· " il " + complément,

· " il " + verbes,

· " il " + être,

· effets répétitifs (" il s'arrête et l'on s'arrête ", .)

La symétrie, externe aux 2 portraits est maintenant interne.

On est dans un style et une composition spécifique de l'art classique, très concerté, mais aussi très épuré.

Tout se veut démonstratif.



Axe 2 : Des contenus différents, décalés, contrastés, en opposition :

· Il y a opposition des 2 stéréotypes sociaux qui s'accomplit par diverses formes très choisies :

- au niveau des champs lexicaux :

+ Giton bénéficie d'un champ lexical positif.

Ex : " plein ", " fixe ", " assuré ", " parle ", "confiance ", " déploie ", " haut ", " milieu ", .

On distingue des traits physiques, action des personnages, présence des autres, milieu.

+ Phédon est caractérisé par un champ lexical péjoratif.

Ex : l'un est " plein ", l'autre " creux ", " sec ", " maigre ", " peu ", " stupide ", " oubli ", .

Il y a impression d'évanescence, de creux.

Ce sont des impressions renforcées par des phrases de formes différentes : Phédon = négatif

Giton = positif

- la relation avec la société :

+ Harmonieuse pour Giton : le " on " est très présent et des anaphores soulignent l'harmonie.

Constitution progressive d'un effet de cercle, et bien sur nous savons que Giton " tient le milieu ".

+ Relation interrompue entre Phédon et la société.

Le " on " disparaît, le " être " apparaît, donc significatif d'un repli sur soi, effet de solitude.

Le cercle est détruit, n'existe plus : " Il n'est jamais du nombre de ceux qui forment un cercle " .

Non seulement il n'est pas le " milieu " , mais il n'est pas non plus périphérique : il est totalement exclu.

Il faut rappeler que ces contenus différents contrastent d'autant plus qu'ils sont soutenus par la même structure.

Axe 3 : Une composition culpabilisante :

Ø La Bruyère implique progressivement le lecteur, par le jeu du pronom personnel.

Emploi constant de la troisième personne " il " , objectivation du personnage sous le regard : effet de focalisation externe au début, puis introduction progressive du " on " , plus dense avec " Giton " .

Enfin, le " vous " très implicatif : c'est une apostrophe directe au lecteur (" S'il s'assied, vous le voyez " ) qui appartient au cercle social.

Changement de focalisation avec la mutation des pronoms. Le lecteur participe au déterminisme des Giton et Phédon.

Ø La Bruyère utilise habilement la composition en énigme, en cultivant le paradoxe de phrase en phrase " Il ronfle en compagnie " : antinomie des deux termes), entre un comportement scandaleux et une acceptation sociale servile, il fait germer chez le lecteur, de phrases en phrase, la nécessité d'un " pourquoi " .

La réponse, très sèche, et donnée à la fin. (" Il est riche " )

La Bruyère multiplie ses constructions pour interroger le lecteur.

Cette énigme ne fonctionne qu'une fois, car bien que reprise sur le plan structural, le procédé est éventé.

Le " pourquoi " ne se pose plus, mais tout au long du texte, le lecteur prend conscience, se dit " Il est pauvre " .

Comme le lecteur est intégré au cercle, il est cruellement culpabilisé.



Conclusion Globale

En reprenant la problématique, on a pu voir combien l'emploi d'une composition très concertée à fait germer en nous une morale implicite.

Il y a aussi les observations de la société du XVIIIème siècle.

On peut aussi convenir qu'un des objectifs du classicisme est de transcender l'époque et de nous interroger aujourd'hui. Le même problème se pose et nous sommes toujours tous responsables.

Commentaires


Personne n'a laissé de commentaire sur ce document. Soyez le premier en complétant le formulaire ci-dessous.


Poster un commentaire

Votre pseudo :
Votre e-mail (facultatif et privé) :
Commentaire :
Piège anti-robot : somme du chiffre un et du chiffre deux en toutes lettres :
 


Signaler une erreur - Imprimer ce document - -
Share/Bookmark
Copyright Bac Facile 2016 - Copie interdite sans autorisation - Tous droits réservés.
Les documents mis à disposition sont publiés sous notre licence d'utilisation Bac Facile.