Page d'accueil > Commentaires Composés > Fontenelle - Histoire des Oracles
Mascotte de Bac Facile
Je reste à votre disposition durant votre visite.
N'hésitez pas à me solliciter en cas de besoin.
Vous pouvez également contribuer en nous envoyant vos documents.
Demander de l'aide - Contribuer - Expression libre
Bac Facile vous souhaite de très bonnes vacances !
Histoire des Oracles
Illustration
Fontenelle - Histoire des Oracles


I Un texte argumentatif :

1 un texte rhétorique et méthodique
Composition du texte : l'idée générale ; anecdote ;conclusions
C'est du discours à la 3e personne du singulier, car Présent de vérité.
La rapidité : ils courent à la cause ; il se détourne de l'obstacle
Aliénation des gens qui reposent sur la rapidité
Interprétation du miracle (ligne 13)
Fontenelle met en cause les savants dans son introduction alors qu'il prône une démarche scientifique. Il veut en fait la réformer. Ce sont en fait de faux savants dans l'introduction.
2 utilisation de l'anecdote
L'anecdote se présente sous cette forme :
Situation initiale - Elément perturbateur - Evolution - Fin, le tout sur un ton ironique.
Le récit servant d'argumentation.
Indices spatiaux temporels et personnels (encrage)
Le médecin s'en mêlent: les historiens s'en mêlent: l'existence de dieu: l'orfèvre qui s'aperçoit de la supercherie qui examine et qui a de la sagesse et du bon sens.
3 conclusions philosophiques de Fontenelle:
Le désir de croire que c'était une dent d'or : création d'argumentation pour affecter la supercherie: un paradoxe.

II Un récit anecdotique

1 ironie:
- disproportion entre des savants et leurs prétentions et la simplicité de l'orfèvre.
- disproportion entre savants et sujets traités: les savants pensent plus à eux qu'a la science.
- Ton exclamatif.
- il dit le contraire de ce que l'on pense.
2 religion ridiculisée :
- cause du miracle: envoyé de dieu dans le texte. Ils se moquent de la cause théologique. Un savant ne doit pas s'en tenir à la religion.
3 conclusion :
l'essentiel du texte se trouve dans les lignes 20 et jusqu'à 23 où l'examen du récit est inversé : illogisme.
De la ligne 20 à 25 c'est la généralisation de la morale. C'est le pouvoir d'invention dans l'esprit humain (dont ligne 21 à 22).

Conclusion:
La religion est discréditée par ses superstitions pour l'analyser, il faut questionner la religion. Il faut l'examiner comme n'importe quel autre sujet. La religion est traitée implicitement.

Commentaires


Personne n'a laissé de commentaire sur ce document. Soyez le premier en complétant le formulaire ci-dessous.


Poster un commentaire

Votre pseudo :
Votre e-mail (facultatif et privé) :
Commentaire :
Piège anti-robot : somme du chiffre un et du chiffre deux en toutes lettres :
 


Signaler une erreur - Imprimer ce document - -
Share/Bookmark
Copyright Bac Facile 2016 - Copie interdite sans autorisation - Tous droits réservés.
Les documents mis à disposition sont publiés sous notre licence d'utilisation Bac Facile.