Page d'accueil > Commentaires Composés > Jean de la Fontaine - Les Animaux malades de la peste
Mascotte de Bac Facile
Je reste à votre disposition durant votre visite.
N'hésitez pas à me solliciter en cas de besoin.
Vous pouvez également contribuer en nous envoyant vos documents.
Demander de l'aide - Contribuer - J'écris
Illustration
Jean de la Fontaine - Les Animaux malades de la peste


1. Situation :

C'est une fable du 7ème recueil, donc plutôt située dans la deuxième période, alors que le poète trouve son style propre en évoluant vers " La fable égayée " , en s'abandonnant à la description des circonstances, des personnages, de la richesse du dialogue, en donnant plus d'importance au récit qu'à la morale.

" Le lecteur avait-il besoin d'une morale explicite ? "





2. Lecture





3. Transition :



A travers ce récit, nous assistons à la démonstration de la loi naturelle et sociale, " La raison du plus fort " . Il est évident aussi que ce texte amène une réflexion sur l'injustice. Cette démonstration s'opère par une mise en action, une " dramatisation " , mise en scène théâtralisée.

Nous trouvons tous les éléments du théâtre :

- L'intrigue, ou alibi tragique : la peste, la crise ;

- Les personnages ;

- Le dialogue ;

- La référence au théâtre grec, avec l'effet de chœur des courtisans.

L'intrigue elle-même peut évoquer la tragédie d' " Œdipe roi ", de Sophocle : Thèbes est ravagée par une épidémie de peste, et l'on recherche le coupable de ce châtiment divin. Nous aborderons ce texte par à un commentaire mixte : il est thématique, mais dans le fil du texte, en distinguant comme thème les cinq actes de la tragédie.

1. Vers 1 à 14, un tableau terrifiant ;

2. Vers 15 à 33, la parole du lion ;

3. Vers 34 à 48, la parole du renard ;

4. Vers 49 à 60, l'innocence de l'âne ;

5. L'épilogue moral.

La problématique peut-être " Combien le talent du conteur se met au service de la volonté de la morale ? "



4. Commentaire :



Axe 1 : Le tableau terrifiant :



1. La Fontaine utilise un contexte culturel éloquent :

Déjà dans le mythe antique et dans l'histoire de Thèbes, au moyen âge aussi. L'épidémie est un mal fréquent, redouté, qui reçoit des remèdes irrationnels. Au XVIIème siècle encore, les médecins parlent encore d'humeur " pécante " pour la fièvre, c'est-à-dire pécheresse. Par ailleurs, les épidémies constituent une excellente crise pour l'observation des relations humaines.

Cf. Les romans modernes de " La peste ", de Camus et " Le hussard sur le toit " de Giono.

Comportement étonnant de l'homme en situation de crise. La Fontaine dramatise considérablement ce contexte. Les références commencent.



2. Grande volonté de dramatisation :

- allitération en " r " : " répand ", " terreur ", " guerre ",...

- hyperbole dans le vocabulaire violent ;

- rimes masculines (fureur, terreur), donc dureté ;

- syntaxe très étudiée : la peste est définie par 2 appositions avant d'être nommée. Il établit ainsi une attente progressive, pressante en gradation ;

- Enfin, opposition forte en le ciel, valorisation par la majuscule ;

Les éléments cités (Achéron) connotent l'enfer, damnation : il y a ici l'expression d'un regard janséniste.

La Fontaine ironise malgrè tout.

Évocation nostalgique à l'imparfait, d'un temps normal, sans la peste, mais dans lequel naturellement, le loup mange la douce et innocente proie. Le mal est ici dénoncé. Ce souvenir préfigure, et annonce à la suite. On sacrifiera encore l'innocent.



Axe 2 : Le discours du lion :



Comme au théâtre, de ce discours pourra naître un portrait. On pourra déceler 2 facettes.



1. Ambiguïté du personnage :

" Le Lion tint conseil, et dit : " Mes chers amis " . "

On décèlera une rupture à l'intérieur de l'Alexandrin, entrain enregistre initial soutenu, " tenir conseille " , des formes rythmiques valorisant, puis aussi diérèse. À la fin du ver, registre familier, affectif, en décalage avec la noblesse du personnage.



2. De là, on peut suspecter le personnage d'hypocrisie.

On peut reconnaître pour le lion une grande aisance à la parole. Il maîtrise de nombreuses formes de rhétorique : il manie l'ironie et une exagération amusée. (" appétit de glouton " , " force moutons " ).

Le dialogue interne à son discours (" Que m'avaient-ils fait ? Nulle offense. " ).

Il s'est aussi utiliser la dissimulation, par maîtrise de la longueur des vers. (" le berger " ).

Après cet aveu, il dissimule son audace par rappel de la loi générale.





Axe 3 : L'intervention du renard :



Elle est conforme à la tradition du personnage. Il dit un langage flatteur pour le roi. (" trop bon " , " scrupule " , " trop de délicatesse " ).

Les sonorités grinçantes entre assonances de " i " et allitérations de " s " et " r " (sifflantes et vibrantes), confèrent au propos plus d'habileté encore.

Les arguments sont simplistes. Il ne dit rien sur lui-même. Flatter lui permet de se faire oublier. Son habileté réside dans le " non-dit ".



Axe 4 : L'intervention de l'âne :



Les deux premières paroles se déroulent dans un climat apparemment serein, ouvert. L'âne, rassuré, parle franchement. C'est un personnage honnête : " L'âne vint à son tour, et dit : " J'ai souvenance ". On remarque qui il y a la même structure de présentation que pour le lion.

Cependant, le registre du vocabulaire nous introduit à la modestie : " venir à son tour " , et sur tout, on relèvera que le poète ici n'a pas recherché la rupture, mais au contraire, l'harmonie entre le personnage et sa parole. C'est un personnage : il parle comme il est, sans masque.



Conclusion Globale



En conclusion, on peut dire que La Fontaine, en faveur d'une morale explicite, utilise ici tous ses talents de conteur.

Les interventions successives des différents animaux, le lion, le renard puis l'âne, en relation avec les différentes figures rendant un côté dramatique au texte, constituent pour beaucoup à servir la morale.

La Fontaine, en conclusion, utilise ses talents de moraliste en vue de servir la morale de cette fable.


Signaler une erreur - Imprimer ce document - -
Share/Bookmark
Copyright Bac Facile 2014 - Copie interdite sans autorisation - Tous droits réservés.
Les documents mis à disposition sont publiés sous notre licence d'utilisation Bac Facile.
Site conforme aux recommendations XHTML 1.1 et CSS Niveau 3.
Zone d'administration - Moteur de recherche interne
La page a été générée en 0.005 secondes.