Page d'accueil > Commentaires Composés > Charles Baudelaire - Les Fleurs du Mal - L'Ennemi
Mascotte de Bac Facile
Je reste à votre disposition durant votre visite.
N'hésitez pas à me solliciter en cas de besoin.
Vous pouvez également contribuer en nous envoyant vos documents.
Demander de l'aide - Contribuer - J'écris
Illustration
Charles Baudelaire - Les Fleurs du Mal - L'Ennemi


Les Fleurs du Mal, L'Ennemi
1 Ma jeunesse ne fut qu'un ténébreux orage,
Traversé çà et là par de brillants soleils ;
Le tonnerre et la pluie ont fait un tel ravage,
Qu'il reste en mon jardin bien peu de fruits vermeils.
5
Voilà que j'ai touché l'automne des idées,
Et qu'il faut employer la pelle et les râteaux
Pour rassembler à neuf les terres inondées,
Où l'eau creuse des trous grands comme des tombeaux.
10
Et qui sait si les fleurs nouvelles que je rêve
Trouveront dans ce sol lavé comme une grève
Le mystique aliment qui ferait leur vigueur ?

15 - Ô douleur ! ô douleur ! Le temps mange la vie,
Et l'obscur Ennemi qui nous ronge le cour
Du sang que nous perdons croît et se fortifie !

Introduction

Le temps est l'une des plus obsédantes composantes du spleen Baudelairien (« l'horloge », « le goût du néant »).
Omniprésent, étouffant, il se révèle douloureusement à chaque étape de la vie en y imposant un bilan désespérant.

La personnification, l'utilisation de la majuscule et de l'article défini font de lui, par excellence, le monstre que l'homme doit craindre.

Le temps entretient avec l'homme et en particulier avec le poète (qui se met en cause personnellement dans le texte) des liens de domination quasi vampirique et le maintient dans un état d'aliénation qui brise toute espérance et toute forme d'inspiration.
Le texte souligne qu'il est donc doublement redoutable sur le plan humain et sur le plan poétique.



Le sonnet est construit sur une métaphore filée :
  • 1er Quatrain : La jeunesse est comparée à un été bouleversé par les vicissitudes du temps.

  • 2éme Quatrain : Le bilan négatif de la maturité est comparée à l'automne. On note l'annonce de la mort.

  • 1er Tercet : Espoir d'un renouveau qui s'apparente au printemps.

  • 2ème Tercet : démenti catégorique : la présence destructrice du temps s'oppose à tout développement et à toute croissance nouvelle (=l'hiver).

I. 1ER QUATRAIN

Il se compose de deux parties complémentaires délimitées par la ponctuation (v. 1-2/v. 3-4). A l'évocation de la jeunesse fait suite un bilan décourageant.
La caractérisation de la jeunesse passée : la jeunesse est présentée comme ponctuée par une alternance d'ombre et de lumière (« çà et là », « ténébreux », « brillant »). Cette alternance est métaphoriquement celle de l'espoir et du désespoir, des élans vers l'idéal et du poids du spleen.
Le bilan décourageant est souligné par le passé composé « on fait » v.3 et par la proposition de conséquence. C'est le résultat d'une jeunesse orageuse. La métaphore se poursuit dans l'image du jardin (la vie) dévasté et presque entièrement dépouillé de ses productions comme en automne.
L'idée d'alternance soleil/pluie soulignée par la ponctuation forte (; et .).

II. 2EME QUATRAIN

Il s'ouvre sur une constatation résignée qui apparaît comme la conséquence (« Voilà que », v.5) sur le plan de la pensée de la première strophe. C'est un résultat donné en deux étapes successives (« voilà que »... « et que », v.5-6).
Il fait apparaître une suite chronologique (l'automne après l'été). L'image du jardin est prolongée et aggravée (dévastation et nécessité de réparation).
L'utilisation de termes concrets (« pelle », « râteaux ») et l'accumulation des images font de cette strophe une illustration visuelle des désastres du temps.
Ces désastres préfigurent la mort, comme le suggère la comparaison du vers 8 (« comme des tombeaux ») : la vie et l'inspiration sont ravagées par le temps.

III. 1ER TERCET

Il suggère une hypothèse (« et qui sait ») qui apparaît comme un élan d'espoir. Cet élan prend appui sur les images de la strophe précédante dans le cycle des saisons, l'automne, puis l'hiver associé à la mort, font espérer le renouveau du printemps (« fleurs nouvelles », v.9).
L'enchaînement des images conduit à une interprétation qui se situe sur le plan de la nature (« automne », « eau », « sol lavé », « fleurs nouvelles »).
L'enchaînement des symboles (saisons = représentation symbolique des étapes de la vie) conduit à considérer les « fleurs nouvelles » comme le printemps des idées, c'est à dire un renouvellement de l'inspiration après une purification qui s'apparente à un rite. Le « mystique aliment » prend alors une valeur religieuse, « les fleurs » évoquant le titre d'un recueil (Les Fleurs du Mal).

IV. 2EME TERCET

Il apporte un démenti catégorique qui s'exprime en deux temps :
L'expression de la souffrance : le premier hémistiche du vers 12 est un double cri du désespoir, peut-être une invocation suppliante (« Ô douleur ! ô douleur ! »).
L'action dévorante et irrémédiable du temps : le temps est assimilé à un monstre : il est enfin nommé alors qu'il était omniprésent dans la métaphore des saisons puis désigné par une périphrase (« l'obscure Ennemi », v.13) qui insiste sur son hostilité et sur le caractère caché de son action.
Celle-ci, exprimée sous forme d'images réalistes et horribles (« mange la vie », « ronge le cour ») est restée présentée comme l'action d'un parasite dévastateur.
Il se nourrit (« croît et se fortifie », v.14) des forces vives de l'être humain et peut être en lui, par la destruction de l'aliment mystique toute possibilité d'inspiration nouvelle.

CONCLUSION

Ce poème est révélateur du spleen Baudelairien, de l'angoisse qui étreint le poète, quand il constate les ravages du temps sur son organisme. Grâce à l'art, il met en forme ce malaise existentiel , ce qui constitue une manière de l'exorciser.
L'écriture apparaît alors comme un remède à l'usure du temps et au dégoût de soi qu'inspire au poète sa dégradation progressive : l'art permet d'opposer la résistance de l'intelligence à la force corrosive de la nature.
Le poète survit alors par sa parole.


Signaler une erreur - Imprimer ce document - -
Share/Bookmark
Copyright Bac Facile 2014 - Copie interdite sans autorisation - Tous droits réservés.
Les documents mis à disposition sont publiés sous notre licence d'utilisation Bac Facile.
Site conforme aux recommendations XHTML 1.1 et CSS Niveau 3.
Zone d'administration - Moteur de recherche interne
La page a été générée en 0.092 secondes.